Corse : Le gouvernement français dans l’incapacité de se mettre en marche sur la question Corse

Partager l'article :

Les actions de l’ONG CNRJ concernant la Corse :

Nous avons mené pendant plus de deux ans des actions de mobilisation dans les réseaux sociaux et réels.

Nous avons participé et appelé à des marches pour l’amnistie en Corse, pour inviter à un geste symbolique important, de la part du gouvernement français.

Des milliers de gens se sont mobilisés dans les rues à Ajaccio sous la poussée des associations locales, de leurs appuis internationaux et de nous-mêmes.

Nous avons communiqué sur un relevé de 25  prisonniers corses et avons mis en lumière les manquements aux droits et l’existence de prisonniers politiques.

Nous avons apporté des éléments aux ministres de la justice, de l’intérieur. Ainsi qu’ au premier ministre et au Président de la République. Ces éléments montrent l’existence de prisonniers politiques corses et de manquements aux droits. Un signalement pour que cela cesse.

La France dans la surdité et le mépris :

Les réponses sont d’un niveau incroyablement bas, voire manifestant dans une incapacité de mouvement ou de réponse.

Par exemple, face aux manquements aux droits de l’Homme, l’Élysées nous indique que la ministre de la justice est en charge de la question. Le président ne pense pas la question Corse ?
Au ministère de la justice, on a bien reçu notre courrier auquel on ne répond pas et on ne nous reçoit pas.

Chez le premier Ministre nos courriers sont classés verticalement. A tel point que seuls les A\R nous indiquent que nos courriers arrivent

En off parfois les gens des administrations du gouvernement se montrent agressifs. Les intimidations peuvent aussi exister envois d’officiers DCRI pour « notre » sécurité au vue des questions travaillées.

Quand sur la question Tamouls ou Centrafricaine les menaces étaient bien réelles à notre endroit on ne nous a jamais donné ni égard ni protection sur le territoire français. Alors même, par exemple, qu’un leader Tamoul se faisait abattre en plein cœur de Paris !

Le degré d’ignorance, d’inaction et d’agressivité sont à un niveau assez exceptionnel sur cette question.

Nous avons produit des alertes sous formes de lettres pour expliquer aux ministères « les manquements aux droits de l’Homme » afin qu’elles cessent, sans effets évidements.

La France au banc des droits de l’Humains :

Nous avons donc alerté l’Europe et l’ONU.

Nous informerons aussi les délégations des pays présents à l’ONU sur les manquements de la France sur la question des droits de l’Homme dont la Corse afin qu’ils se préparent pour l’examen périodique universel que va passer la France.

Concernant les droits de l’Homme en Corse et notre action, pour l’instant, la France a décidé que  » il y avait là, au mieux, un paillasson merdeux sur lequel s’essuyer les pieds ».
Il est évidant que nous que ferrons le nécessaire pour qu’elle se respecte elle-même et les autres.

Notre ONG, au statut ECOSOC ONU, n’est pas là pour nuire à la France mais pour prévenir les conflits et informer sur les manquements aux droits et proposer des pistes de construction.

 

La France dans l’agressivité et la passivité :

La violence du gouvernement français est donc double :
– Par l’inaction (et l’ignorance) de son administration, il contribue à envenimer les choses, une forme agression passive en somme.
– Par des actions hautaines, agressives directement (manquements aux droits) il mène, de fait, des agressions bien réelles.

En la matière depuis le dépôt des armes en Corse il n’y a aucun geste symbolique et fort en faveur de la Corse ou d’une reconnaissance par le gouvernement français… au contraire.

Le gouvernement de la France ne voit en rien arriver le projet de société Corse autonome en développement depuis plusieurs années.

Incapable d’écoute depuis deux ans, il le découvre à peine au travers des résultats électoraux, ce qui se passe.

Si la France s’ouvre à un changement réel nous serons les premiers à le reconnaître. Nous sommes là pour prévenir les conflits et construire la paix … voilà notre camp.

Nous venons d’apprendre qu’une Madame Corse avait été nommé. l’ONG CNRJ sera attentive et nous verrons donc bien de quoi il retourne. Bien évidemment, elle a été contacté et sommes sans réponses pour le moment.

Mais pour le moment, pour nous, le gouvernement français est dans l’agressivité et l’incapacité de se mettre en marche positivement sur la question Corse. Un comble au pays du leader d’en Marche !

 

Nous interpellerons de nouveau la France lors de l’examen périodique universel si les choses ne bougent pas. Nous le ferons également si des mains tendues existes et qu’elles ne sont pas prises.

Références

Partager l'article :
A propos de Frédéric Fappani von Lothringen ✅ 14 Articles
Président international ONG CNRJ

Soyez le premier à commenter

Laissez un commentaire