Lôrraine : în leû sna longuèdje a leû sna ême

Partager l'article :

Tír gan teanga, tír gan anam.

Tír gan teanga, tír gan anam. « a country without a language is a country without a soul »  proverbe de Padráic Pearse : professeur, poète, écrivain et homme politique Irlandais.

Ce qu’il faut comprendre par ce proverbe, c’est l’importance de préserver une langue, car elle est l’âme et la culture d’un pays, d’un territoire.

La langue d’un pays c’est ce qui fait sa richesse. Et ne pas l’abandonner au profit d’une autre langue qui deviendrait l’unique référence. Malheureusement, le jacobinisme français ne voit que par une seule idée linguistique.

Selon le discours, la république ne pourrait pas avoir une langue commune et faire coexister les langues minoritaires de ses territoires.  D’autres nations ont fait le choix de la diversité linguistique. Dans certains cas, afin de sauvegarder les minorités linguistiques. Et dans de nombreux cas se sont même des républiques.

Ce qui suit, va montrer que les langues romanes de Lorraine et des Vosges possèdent une richesse comme d’autres langues pratiquées à travers l’Europe et le monde. Pourtant reléguées par l’Etat au simple rang de patois, voir dialectes locaux, sans aucune valeur. Si comme en français, le Latin à une forte influence sur nos langues. L’Allemand a aussi influencer aussi celles-ci, possédant ainsi leur propre syntaxe et grammaire.

Causeries dis môntayes dâs Vosges et Lôrraine :

 I n’în poit d’dimoèdje po mi / Dè tchâ mâhhe è keûre / È foûhhe de taps a n-è vârè au bout / Lis ârbes sot fieuris, lis mohhattes zombat / Lo malêve hhlèfe lis âles / În frut fîhh / Ène h’nahhe èbatchûse / Quand a crômait lis longuèdjes, lis Mandresés v’neûnent lis dèrers, et, comme i n’è d’mourait pus qu’în, is feûnent oblidjis d’lo pâre po n’mi ête forcis de hâwè /Ène hh’mûhhe meutche / n’sêrâys me mwètî /Sna Djirâdmoè et în pô Nancy, qu’ôst-ce que s’rôt lè Lôrraine ? Sna sè ma, qu’ôst-ce que s’rôt Djirâdmoè ? / Lè Biantche Ma.

 Hér-main, lis ch’vaus couoraint dos lè prâye. Lis h’lînes ot dja pônu. Lo s’lo ère r’luhant. c’ère ène bâle djônaye d’onnâïe. Lo m’raou dreumeye èprès  âvou bu so lêcè. Lo fermî mindjeye ène k’matte do ta que è preperi ène tâte. Lè fomme do fermî pessè lè l’hhîve su lè b’wâye. Lè neu n’allé éte tchaude. I poûrrot revoètié lis hhtêles et lè lîne n’sro mi r’luhante. Lo lond-démain, lo kiople n’allé i morchi po ehhta d’lè tchâ. L’ômme pâre dis ç’réhhes et dis raisinés. Lè fômme ehhte in mohhé d’pouhhé cheu lo boucheye. Ç’a in manre ômme, pochtant sè tchâ a bouone.  Lè fermîre quoerè so ômme. « èvou-ce-qu’é té trôleye ? » elle chèbaubi li. « évo lo Pîrre, è m’d’mandi, siot j’veuré v’ni évo li i Hhét’gné démain. J’allons i Skieuv’cé cheu ti nonon, nèmi ? »

Parler nos langues romanes n’étant plus inné, ni enseignées et transmises. Certaines fautes de grammaire auront pu se glisser dans le texte ci-dessus. Un des ouvrages qui a servi à écrire ce texte date de 1775 et se trouve depuis les années 50, dans la bibliothèque de la prestigieuse Université d’Oxford.

Preuve il en est de sauvegarder toute langue, non seulement ici en Lorraine, mais aussi à travers le monde. Chaque langue et dialecte fait parti de la richesse culturelle mondiale.

Partager l'article :
A propos de Frédéric Thomas 8 Articles
Auteur et militant Lorrain - Expertise sur la question Lorraine

Soyez le premier à commenter

Laissez un commentaire