France : Lorraine, vers un renouveau économique possible ?

Partager l'article :

S’il est un secteur pour lequel la Lorraine est bien connue, c’est celui de la sidérurgie.

En 2015, l’une des plus anciennes entreprises sidérurgiques de Lorraine a fêté son 350ème anniversaire : l’usine Saint Gobain PAM à Pont à Mousson. D’ailleurs, l’acier qui a servi à construire la Tour Eiffel vient de Lorraine. ¨Plus précisément du bassin de Pompey. la sidérurgie a fait les beaux jours de l’économie Lorraine jusque dans les années 80. D’autres secteurs ont eu aussi fortement contribués à cette force économique : le charbon et le textile. Le cas du textile est une exception, même s’il se concentre principalement sur le secteur de Gérardmer, de nos jours.  Plus anciennement, au temps des Ducs de Lorraine : les mines de cuivre et argentifère situées sur le massif des Vosges. Les mines de sel, les arts verriers et du cristal, les faïenceries et le bois Vosgien contribuent encore à l’économie locale. 

L’économie en Lorraine n’est pas au beau fixe.

Malgré cette richesse industrielle, de manufacture et d’artisanat, l’économie en Lorraine n’est pas au beau fixe. Le sillon Lorrain (axe Thionville/Epinal/Remiremont) fer de lance, résiste tant bien que mal à la concurrence mondiale depuis la crise de 2008. Cette désindustrialisation en Lorraine, à même pour l’année 2014 enregistré un nombre de fermetures d’usines supérieur à la moyenne française. Lorsque l’on interroge les Lorrains, eux-mêmes reconnaissent le déclin économique qui s’opère depuis plusieurs décennies. De l’extérieur, le constat est identique. Les départements de la Meuse et des Vosges connaissent un exode économique important faute d’emplois suffisants. Certains se dirigent vers les bassins d’emplois de Metz et Nancy. D’autres se résignent à quitter la région pour trouver un emploi. Chaque jour, environ 100 000 Lorrains se dirigent vers l’Allemagne et le Luxembourg pour y travailler.

Plusieurs questions se posent :

Pourquoi un tel recul économique ?  Pourquoi certains projets n’ont-ils pas aboutis ou n’avancent-ils pas ? etc…

Si l’on regarde ce qui s’est produit au Luxembourg et en Allemagne, la diversification économique, la création d’activité connexes à certaines industries et la mutation vers d’autres secteurs d’activités ont permis aux économies locales frontalières à la Lorraine de prendre un nouveau souffle. L’expérimentation de zone zéro chômage longue durée s’est avérée positive dans le Toulois. Le bassin d’emploi de la Déodatie semble retrouver un nouvel élan, après un recul depuis le début des années 2000. Au final, on s’aperçoit qu’il existe des solutions.

Un autre point important de l’attractivité Lorraine, c’est sa position géographique. Une frontière avec 3 pays : Belgique, Luxembourg, Allemagne. L’autoroute A31 qui permet les échanges entre le Nord et le Sud de l’Europe, l’A4 et la RN4 avec l’Est de l’Europe. Les RN57 et RN66 avec la Suisse, en traversant respectivement la Franche-Comté et l’Alsace. Les voies navigables sur la Meuse, la Moselle et la Sarre ont une importance d’interconnexion au niveau national et européen. Elles constituent un véritable atout pour certaines entreprises et investisseurs.

De grandes entreprises comme Peugeot investissent en Lorraine. Le ferroviaire et l’aérien peuvent eux aussi apporter des solutions de développement économique. Il faudra aussi se donner les moyens de créer de nouvelles infrastructures.

Une position  géographique privilégiée et des facteurs favorisants : 

Bien sûr, cette position géographique privilégiée ne peut à elle seule faire la force de la Lorraine. D’autres facteurs sont tout aussi importants : ce sont les industries, manufactures et entreprises locales. Il existe un secteur ou les Lorrains sont reconnus à travers le monde, c’est celui du luxe. Baccarat et Daum. Parmi les noms les plus connus, sont présentes à travers le monde. Le textile, la faïencerie et les arts du bois n’ont pas à rougir non plus. Il existe en Lorraine de véritables savoirs faire artisanaux qui n’ont rien à envier à d’autres régions ou pays. N’oublions pas non plus les eaux minérales de Contrex et Vittel.

Il est évident que la simple bonne volonté d’entrepreneurs locaux, d’organismes locaux et régionaux qui font la promotion des entreprises, industries et métiers d’arts Lorrains ne peuvent suffire. Une plus grande implication des pouvoirs publics, le développement des nouvelles technologies et du numérique, une meilleure cohésion, interconnexion et attractivité des territoires Lorrains est nécessaire. C’est cette combinaison qui permettra le renouveau économique, de développer les industries d’aujourd’hui, celles de demain, et les emplois qui en découleront.

 

Contexte : Cet article est créé dans le cadre d’une démarche de l’ONG CNRJ à faire connaitre les pays ( régions ) et les peuples autochtones dans le monde. Pour connaitre notre travail général sur ces questions aller à : http://cnrj.org/que-faisons-nous/peuples-autochtones-indigenes/

Partager l'article :
A propos de Frédéric Thomas 4 Articles
Auteur et militant Lorrain - Expertise sur la question Lorraine

Soyez le premier à commenter

Laissez un commentaire