Cameroun : Rapport d’activité sur le programme de Humedica avec le CNRJ Cameroun et Prison Fellowship Cameroon

humedica-international-hilfe-logo
Partager l'article :

LSU #39, juillet 2017

Février 2017 marque une grande avancée dans les activités de l’ONG CNRJ Cameroun. En effet, dans le souci de se rapprocher d’avantage de sa cible première qu’est l’épanouissement du détenu, surtout ceux aux conditions vulnérables et situations précaires (femmes enceintes et jeunes), le CNRJ Cameroun s’est associé à une équipe de  six médecins de l’ONG HUMEDICA venue d’Allemagne.

L’objet de la mission des médecins allemands au Cameroun, accompagnés par le Dr RIM du Cameroun et M. TCHINDA NSADJO, Coordonnateur National du CNRJ, sera non seulement de visiter les quelques pénitenciers du pays sollicités à cet effet, mais aussi d’apporter aux détenus, une assistance médicale et un soutien psychologique. « Le droit à la santé pour tous » étant un idéal à atteindre.

Et pour éviter quelque considérations péjoratives, il a été décidé que tous les prévenus bénéficieront de cette aubaine et pas seulement ceux qui nous préoccupent à savoir : les femmes enceintes et les mineurs.

Il sera donc question pour les organisateurs de cette odyssée humanitaire, de choisir quelques centres pénitenciers du pays parmi lesquels :

  • La Prison de Mfou (18 Février)
  • La Prison de Bafia (20 Février)
  • La Prison de Kumba (24 Février)
  • La Prison de Buéa (26 Février)

Il aura donc été question pour le facilitateur de l’évènement, le Dr RIM, de dérouler le programme et le plan d’action des activités qui ont été d’ailleurs subdivisés en trois grands axes :

  • La présentation officielle de l’équipe allemande et des médicaments
  • Le travail dans les prisons du Centre du pays (Mfou et Bafia)
  • Le travail dans les autres prisons sélectionnées du pays (Kumba et Buéa)

Du fait de la nationalité des médecins de HUMEDICA qui s’exprimaient en langue germanique, il a été question pour le CNRJ Cameroun de trouver des interprètes qui assureront la fluidité des échanges entre les différents acteurs c’est-à-dire entre les détenus et les médecins durant les consultations.

C’est avec les chiffres que nous exprimerons mieux les différentes activités du terrain car à la vérité, c’était une expérience à la fois riche en découvertes, en relations humaines, mais surtout en émotion.

La mission a pris officiellement fin le 27 février 2017 avec le départ de toute l’équipe de HUMEDICA par l’aéroport international de Douala.

Rapport en chiffres

I. Réalités sur les visites dans les prisons

PRISONSMOIS DE FEVRIERNOMBRES DE MALADESCONSULTESCAS OPERES(sous anesthésie locale)CAS A OPERER
Mfou181291290308
Bafia202202200212
Kumba241431430109
Buéa261161160107

Toute aventure comporte de moments de valeur et cela s’est aussi vérifié avec cette mission de HUMEDICA au Cameroun. En effet, les choses ont débuté sous de beaux auspices car à la vérité, il s’agissait d’une activité dont la teneur avait été donnée aux autorités locales compétentes chacune dans son secteur d’activité.

Ce qui a facilité le volet administratif de la mission. C’est dire que toutes les autorités (Préfets, Régisseurs, Maires) ont été d’un accueil très chaleureux tout au cours de nos multiples voyages.

Il faudrait aussi remarquer le dynamisme et la conviction très poussée des membres de l’équipe de HUMEDICA et même de celle des deux membres du CNRJ Cameroun sur le terrain. Ce qui a donné une ambiance très satisfaisante et fait avancer les raisons de la mission dans le bon sens.

L’on ne saurait cependant pas aussi souligner la gaieté et le volontariat qu’ont fait montre les deux jeunes « interprètes » choisis pour accompagner le projet.

Relevons aussi la présence des Pasteurs qui tout au long de la mission, ont accompagné le projet dans la prière.

II. Les Difficultés rencontrées

Il serait utopique de dire que nous n’avons pas rencontré de difficultés. Car en réalité, le milieu carcéral est réputé pour être difficilement vivable. Mais on parlera juste des cas isolés comme la longue  attente dans une chaleur quand même remarquable à la Prison de Kumba et qui aurait suscité l’énervement maitrisé de quelques détenus en mal de patience.

Disons-le ; et pour s’en féliciter, que contrairement à l’idée véhiculée sur l’état des prisons du Cameroun, nous avons quand même assisté à une « Vie » dans ces milieux.

Car malgré les cas de maladies rencontrées et soignées pour la plupart, nous n’avons pas fait face aux cas désemparés.

Et malgré la sollicitation grandissante, malgré le nombre très élevé de détenus à qui il fallait apporter des soins, malgré la fatigue envahissante du fait de l’emploi de temps très chargé, nous avons pu nous en sortir.

Une des fausses notes a également été le refus catégorique par les administrateurs de ces prisons, de nous permettre quelques prises de vue ; ceci pour des raisons professionnelles.

III. Les membres de HUMEDICA

  • Dr Petra- Marina KEFFEL (Chef de délégation)
  • DR Konrad WEISS
  • Dr Krystian JASCHIK
  • Dr Karin LICHTENBERGER (Infirmière)
  • Theresa HAHLBROCK (étudiante en médecine)
  • Dr Rüdiger LANGE

IV. Les perspectives

Il est question pour nous, CNRJ Cameroun, de continuer ce travail de soutien aux personnes détenues dans nos différentes prisons, mais en insistant dans la prochaine étape de nos actions, sur les situations administratives des personnes vulnérables dans nos prisons.

Nous devons garantir aux mineurs et aux femmes enceintes le respect de leur droit à l’éducation, à la santé et à la liberté. D’où notre ambition de leur trouver des avocats pour leur cas.

Partager l'article :
A propos de Gervais Nsadjo 1 Article

Coordinateur CNRJ Cameroun

Soyez le premier à commenter

Laissez un commentaire