Benin: Un projet pour l’émancipation des jeunes filles

Partager l'article :

Le Projet « Bantè Girls Network » est un projet initié et coordonné par une équipe de huit jeunes dynamiques. Il est conduit par Sara IDOHOU et soutenue par l’ambassade des Etats-Unis. Pour une meilleure efficacité locale, l’équipe ONG CNRJ  a inclus dans les activités, l’Association des Jeunes Conscients de leur Avenir (AJeCA).

Le projet a constitué en une séance de formation qui visait la création d’un réseau de jeunes femmes leaders de la commune de Bantè. Ainsi que le renforcement de leur capacité sur plusieurs thématiques. Ce sontle “leadership efficace”, “l’intelligence émotionnelle”. Mais aussi “la gestion de la pression sociale au quotidien en tant que femme”, “lestechniques efficaces de prise de parole en public”. Enfin “comment écrire pour impacter à travers un blog”  ainsi qu’une initiation à la fabrication du savon.

 Ces thématiques ont été animées par de brillants  communicateurs et intervenants : Léandre KINNOUME, Pamela AKPLOGAN, Ariel DJOMAKON, Esther DJOSSA et Sara IDOHOU (Coordonnatrice du projet).

Du 26 au 28 Octobre 2017, l’école primaire centre de l’arrondissement de Pira située dans la commune de Bantè, avait servi de cadre pour la formation de 50 jeunes femmes identifiées dont la moyenne d’âge est de 20 ans. Dans le but de faciliter l’assimilation des participantes, plusieurs groupes ont été constitués. Ces groupes ont servi de cadre de discussions entre participantes. Chacune a pu apporter ses connaissances sur les différentes thématiques ainsi que leurs différentes attentes par rapport à cette activité.

Engagement locale et nationale pour l’émancipation des jeunes filles

L’initiative a connu la participation effective et le soutien de plusieurs autorités politico-administratives.

La forte délégation de l’Ambassade des Etats Unis était composée de MmeHruby Laura, 2èmeConseillère chargée d’Affaires de l’Ambassade et MmeAmparo Garcian, Directrice Adjointe Chargée de la Section des Affaires Publiques de l’Ambassade, qui étaient accompagnée de trois de leurs collaborateurs :Louisette d’Almeida,Esther TolaetLaurent Akpo. En ce qui concerne les autorités locales,TOSSO Victor, Ancien Chef d’Arrondissement de Pira et le Chef Village de Pira ainsi que des responsables du système éducatif ont répondu présents à l’invitation des organisateurs.

La chef de la délégation de l’Ambassade des USA auprès du Bénin et le Représentant des Autorités locales ont exprimé leur gratitude à l’équipe du projet. Ils ont affirmé toute leur confiance dans la conduite de ce projet de renforcement de capacités des filles.

Le message de MaîtreMarie-Elise GBEDO, Femme juriste et 1èrefemme candidate aux élections présidentielles du Bénin, a été passé à l’assistance sous la forme d’une vidéo projetée devant toutes les autorités. Celle-ci motivait les participantes à se donner les moyens sérieux et véritables pour réussir. Et surtout pour être de véritables femmes leaders qui impactent positivement la communauté.

Des espoirs et volontés pour l’avenir

En réponse à une question posée, quelques participantes ont donné leur raison de devenir Femme Leader :

  • « Je veux être Leader parce que je veux lutter pour la cause des enfants » Brigitte IROKO ;
  • « Un Leader pour lutter contre les grossesses non désirée » Reine KASSIFA ;
  • « Je veux être Leader pour être une femme battante » Vicentia CHALLA ;

Mais aussi ces raisons:

  • « Etre Leader pour faire des œuvres humanitaires dans ma commune » Prisca TCHOBO ;
  • « Je veux être Leader pour aider ma communauté à se développer. Pour lutter contre la famine et la prostitution » Véronique DOSSOUMI ;
  • « Je veux être Leader pour lutter contre la maltraitance des enfants » Anastasie AFFO.

Un bilan qualitatif

A la fin de cette activité, riche en émotions et en savoirs acquis, une séance d’évaluation avec les participantes a eu lieu. Elle a démontré la manière dont elles ont vécu le programme, leurs attentes et leurs engagements. L’objectif est une continuité en termes d’impact sur la communauté.

Les représentants de l’AJeCA, Télesphore AGALE et Antonin ACAKPO, ont pris le relais. Auquel se rajoute le message de fin de Sara Idohou. Celui-ci a mis les participantes face à leurs responsabilités dans la suite du programme. Tout en rappelant la phase de suivi sous forme de mentorat à distance à travers les réseaux sociaux identifiés.

 

Partager l'article :

Soyez le premier à commenter

Laissez un commentaire