Facebook vers un déclin de l’activité et un nouvel effondrement de l’action ?

Partager l'article :

Certains peuvent être surpris de trouver un tel texte sous ma plume et de se demander ce que je viens faire à parler de Facebook.

Tout simplement, l’ONG CNRJ (dont je suis le président international) est implantée dans une 20aine de pays, des centaines de membres utilisent le réseau, certaines de nos représentations ont une page Facebook et des dizaines de milliers de gens nous suivent dont nombreux sont aussi des militants de terrain.

Il me paraît important que tous soient informés de la réalité de Facebook. En effet, la société Facebook est de moins en moins capable de faire illusion.

Les utilisateurs Facebook ne cessent de quitter la plateforme et bon nombre d’investisseurs qui utilisent la plateforme au travers d’achat de publicité ne font qu’être déçu. Si sur 5 ans l’action en Bourse se maintient, voir gagne, la dernière année est révélatrice des difficultés de Facebook. Face à la réalité de la clôture de l’année et aux réalités auxquelles, ils allaient devoir faire face, les investisseurs ont fait plonger l’action, le 24 décembre 2018, à 124.06 USD.

Aujourd’hui, la marque est incapable de développer une relation client de qualité, pour ceux désireux d’utiliser les services (achat d’espace publicitaire) de manière systématique. L’accompagnement de qualité des clients est inexistant et totalement impersonnel.

Par exemple, Facebook n’est plus capable de fournir systématiquement les badges gris aux sociétés ou badges bleus aux nouvelles personnalités émergentes qui pourtant rapportent et investissent dans Facebook pour développer leur image et l’achat de produits. Ces badges garantissent pourtant une reconnaissance et une plus-value, dont ces clients auraient eu bien besoin. 

Facebook a préféré privilégier les “peoples” bien en vue, afin d’augmenter rapidement l’afflux de fans et donc d’utilisateurs … Mais maintenant que la masse critique du nombre de personnes est là, la stratégie aurait dû changer, mais la société s’est perdue en route.

Bref, les clients et personnalités nouvelles et émergentes qui financent (achètent les publicités) sont les dindons de la farce et finissent par ne pas rester et les usagers qui s’ennuient avec “toujours ” les mêmes choses et le manque d’ouverture de Facebook partent !

Ce déclin de la qualité de service et de l’effondrement du réseau étaient jusque-là masqué par une course en avant, dans les acquissions de sociétés.

Course, qui d’ailleurs s’essouffle depuis 4 ans et n’a jamais vraiment bien fonctionné auprès des connaisseurs du secteur.  Facebook pourrait donc bien dévisser et une sorte de “Crack” arrivé. Il faut donc se protéger financièrement, mais aussi se protéger de Facebook dans vos usages du réseau.

Ce réseau continu à rendre des services et j’invite nos membres à poursuivre s’il le désire leurs échanges au travers de ce réseau, mais aussi à chercher ou construire des alternatives. On se prépare à pouvoir trouver une nouvelle piste d’échange.

Je n’invite pas au boycott de ce réseau, cependant je demande à nos membres que d’une part plus aucun investissement ne soit fait dans la promotion de « nos » actions au travers de ce réseau et d’autre part j’invite ceux, qui d’entre vous, ont des capacités financières à ni investir ni soutenir Facebook financièrement, en l’état de leur pratique, et ceci pour leur propre sécurité financière.

Partager l'article :

Président international ONG CNRJ

A propos de Frédéric Fappani von Lothringen ✅ 15 Articles
Président international ONG CNRJ

Soyez le premier à commenter

Laissez un commentaire