Haïti : La voix de la jeunesse Haïtienne, la voie crédible à privilégier

Partager l'article :

Le 7 février 1986 marque le début de l’odyssée d’Haïti vers l’idéal démocratique. Cette date coïncide également avec l’anniversaire de la fin de la dictature des Duvalier. 7 février 2019, 33 ans après, l’heure est au bilan. En 33 ans, qu’avons-nous fait pour créer un État démocratique et égalitaire? Peut-on être fiers de dire qu’Haïti est un pays vivable pour lequel la nouvelle génération est en mesure d’assurer la relève, en toute sérénité ? Il suffira de jeter un simple coup d’œil sur les événements qui sévissent dans le pays ces derniers jours pour trouver réponse à nos questions.

Depuis plus d’une semaine, Haïti est secouée par un mouvement de protestation. Conséquence de la publication, par la Cour Supérieure des Comptes et du contentieux administratif (CSCCA), du rapport sur l’utilisation des fonds de Petrocaribe.Le compte-rendu révèle de graves irrégularités, comme de nombreux détournements de fonds par d’anciens ministres et de hauts fonctionnaires de l’État. Pire encore, le Président de la République est soupçonné de malversations puisque deux de ses entreprises sont visées dans le rapport. Pendant ce temps, le peuple croupit dans la misère. Une situation qui, avec raison, révolte la population, particulièrement les jeunes.

Depuis le 7 février dernier, l’insatisfaction collective a gagné la rue et, jusqu’à ce jour, elle ne la quitte plus. Le mécontentement de la Jeunesse gagne la rue pour demander le départ du Président de la République et ainsi dire non à la corruption et à l’impunité. La voix de la Jeunesse gagne la rue pour se faire entendre et renverser un système qui n’est aucunement bienveillant à son égard. Il transpire une sainte colère dans la réaction de la jeunesse haïtienne et personne ne saurait lui en vouloir.

N’est-ce pas légitime de gagner les rues quand les hautes sphères de l’État détournent l’argent d’un pays dont plus de la moitié de la population vit dans une extrême pauvreté? Que reste-t-il comme option quand toute réponse à nos questionnements, du sommet jusqu’au bas de la République, est teintée d’arrogance et de mépris? Que faire quand ceux qui nous dirigent étouffent nos rêves dans l’oeuf?

Ce grand mouvement de protestation traduit, pour une énième fois, l’échec de la politique haïtienne dans sa globalité. Depuis 1986, Haïti se retrouve avec des acteurs politiques qui considèrent qu’être au pouvoir est synonyme de privilèges et non de responsabilités. Les membres du gouvernement n’ont pas encore compris que le pouvoir n’est pas un lieu pour simplement réfléchir. En effet, il faut, avant même d’accéder au pouvoir, avoir une vision prospective et être prêt à proposer des solutions. Il est inadmissible qu’un groupe de personnes ait accès à des ressources illimitées pendant que l’immense majorité est limitée au strict minimum.

La classe possédante doit comprendre qu’elle ne peut continuer à s’enrichir à coup de millions et à mener la grande vie au détriment de celle des plus faibles. Il ne sera pas toujours possible d’aller se faire soigner à l’étranger ou d’ériger des murs pour se dissocier du petit peuple. Tôt ou tard, la classe dominante finira par être victime de la situation, puisque le système est en train de s’effondrer.

Après 33 ans de corruption, de mauvaise gouvernance et d’instabilité politique, le pays a, plus que jamais, besoin que sa Jeunesse soit consciente et responsable. Une Jeunesse qui comprendra qu’il lui incombe de façonner l’avenir et de le rendre possible à tout prix. Aujourd’hui, les jeunes Haïtiens doivent prendre conscience qu’on ne pourra pas renverser le système en restant en dehors des sphères décisionnelles.

Repenser un systeme exige une bonne compréhension des enjeux politiques et économiques de même qu’une bonne maitrise de l’implication des différents acteurs tant visibles qu’invisibles. Nous avons besoin de nous unir autour d’une vision commune, celle d’une Haïti meilleure.

Jeunesse Consciente et Engagée, vivement que revienne la saison  des cerises et des jours plus heureux !

Partager l'article :

Soyez le premier à commenter

Laissez un commentaire