Lorraine : patrimoine et tourisme vers une revalorisation

Partager l'article :

Vue des autres régions, la Lorraine paraît comme une région austère, triste et grise. Une partie des Lorrains n’ont pas toujours conscience de la richesse de leur région.

Cette méconnaissance et réputation « négative » peut trouver plusieurs origines, qu’elle soit historique ou économique. Certes l’architecture traditionnelle Lorraine est simple. Mais selon les territoires, on y trouve des bâtiments et monuments de style. Le sous-sol Lorrain contribue aussi à cette diversité : le calcaire avec notamment la pierre de Jaumont en Moselle et le grès rose des Vosges, celui-ci ayant été décliné en spécialité chocolatière.

S’il est un lieu qui a su redonner tout son sens au patrimoine Lorrain ces dernières années, c’est sans doute la Place Stanislas à Nancy, depuis son classement au patrimoine mondiale de l’UNESCO et considérée par de nombreux magasines comme l’une des plus belles places du monde. La vieille ville avec le Palais Ducal, l’art nouveau et l’Ecole de Nancy, ainsi que la Villa Majorelle font partis cette richesse Nancéienne.

Une architecture riche

La ville de Metz possède une architecture de style germanique, tout comme d’autres villes Mosellanes, des bâtiments du centre-ville utilisent la  pierre de Jaumont et le grès rose de Vosges dans leurs constructions. Je ne citerai que la cathédrale St Étienne, la place St Louis et la porte des Allemands, le bâtiment de la Poste près de la gare, pour les plus importants. Le patrimoine Lorrain remonte jusqu’à l’antiquité, dont il subsiste peu de monuments et de lieux. En quelques exemples : l’amphithéâtre gallo-romain de Grand, le thermalisme et quelques voies romaines à l’Est.

Les nombreux châteaux et nombreuses forteresses qui furent édifiés par les Ducs de Lorraine pour défendre leur duché apportent aussi leur contribution. Très peu de forteresses subsistent car beaucoup furent détruites au cours des différentes guerres subies. La guerre de 30 ans fût particulièrement destructrice pour ces monuments. La plus emblématique des forteresses est celle de La Mothe qui fût détruite pierre par pierre sur ordre de Richelieu et recouverte d’une forêt sur ordre de Napoléon Bonaparte. Aujourd’hui, elle est à peine indiquée par un panneau et se situe dans un département non Lorrain.

En ce qui concerne les châteaux, celui de Lunéville est le plus connu. Surnommé le Versailles Lorrain. Les dernières modifications datent du XVIIIe siècle, avec l’arrivée de Stanislas Leszczynski à la tête du Duché de Lorraine.  Plus au nord, au Pays des trois frontières, on trouve aussi une autre résidence favorite des Ducs de Lorraine, le château de Sierck les Bains et non loin de là, le château médiéval de Malbrouck. D’autres châteaux sont toujours habités par leurs propriétaires, comme à Haroué, où la Princesse de Bauveau-Craon travaille depuis de nombreuses années à valoriser sa propriété, l’histoire et le patrimoine Lorrain.

Une diversité culturelle

L’artistique apporte aussi sa contribution, tel que l’art nouveau et l’Ecole de Nancy, la Villa Louis Majorelle comme cités précédemment. Cela inclus aussi le cristal, le verre, le bois et la faïence fortement ancrés. Les images d’Epinal en font naturellement parties. Tout comme les différents artistes et écrivains Lorrains des siècles précédents. Le patrimoine culturel ne se limite pas aux différents musées de Lorraine, dont le Musée Lorrain-Palais Ducal. Certaines bibliothèques et archives municipales de Lorraine regorgent souvent de trésors insoupçonnés.

Les lieux de souvenir chargés d’histoire font partis du patrimoine local, comme Verdun et l’ossuaire de Douaumont. En Moselle, les bornes matérialisant la séparation de la Lorraine en deux, suite à la guerre de 1870.

La gastronomie locale participe aussi à cette richesse. Même si elle ne semble pas aussi riche que d’autres régions. Elle ne saurait être mise de côté. La quiche Lorraine est sans nul doute le plat le plus connu mondialement. Le fuseau Lorrain, sorte de saucisse fumée a été reconnue comme meilleure saucisse du monde récemment. Cette reconnaissance mondiale du savoir faire local vaut aussi pour les brasseurs et la qualité de leurs bières. La mirabelle fruit emblématique, dont les armoiries or et rouge sang en sont inspirées. La brimbelle et la fameuse tarte, la quetsche un peu moins répandue qu’en Alsace, mais toute aussi appréciée.

La viande de porc à une place prépondérante dans la gastronomie locale et notamment tous les produits dérivés :chevon (lard en Vosgien) et viandes fumées que certains de nos voisins nous envient, andouilles du Val d’Ajol, pâté Lorrain et tourte Lorraine. Des plats simples et généreux comme les Lorrains, en témoigne tofailles et repas marcaires. Un bon repas ne serait pas complet sans vin, ni fromage. Les vignobles Mosellan et du Toulois possèdent certains charmes. S’il n’existe qu’une AOP/AOC dans les fromages, le Munster Géromé. Cela n’exclue pas différentes variétés produites localement, dont la qualité est reconnue par de grandes tables.

Une zone de tourisme en hausse de fréquentation

Avec toutes ses richesses, la fréquentation touristique régionale mérite une amélioration. Si certains sites bénéficient d’une excellente réputation. La ville de Nancy a vu sa fréquentation de touristique internationale augmenter, grâce à la Place Stanislas. La Perle des Vosges, Gérardmer, possède une dynamique incomparable sur le massif. En 2017, elle a été citée comme 1er choix de destination devant Bruxelles et Londres. Les villes thermales de Plombières les Bains et Contrexéville ont perdu de leur dynamisme au fil des ans, mais ne manquent pas d’atouts. Certains sites naturels et historiques ne sont pas assez mis en valeur, malgré les nombreux efforts d’associations locales, des offices de tourismes locaux et régional.

Tout au long de l’année, il se passe quelque chose, quelque part en Lorraine.

Trois nationalités arrivent largement en tête des touristes présents en Lorraine, ils sont voisins ; Belges, Luxembourgeois et Hollandais. Ces dernières années, on a senti les frémissements timides des visiteurs non européens, gageons que ce début se confirme. Pas seulement à Nancy, Metz, Verdun ou encore les Hautes Vosges, mais sur l’ensemble du territoire. Avec trois parcs naturels régionaux, l’éco-tourisme pourrait bénéficier d’un développement plus important, d’une meilleure coordination et communication.

La Lorraine possède de nombreuses richesses historiques, industrielles, culturelles et sites naturels d’exception. Et grâce à la mobilisation de personnes, d’organismes locaux, d’associations. Cette richesse est de plus en plus mise en valeur.

 

Contexte : Cet article est créé dans le cadre d’une démarche de l’ONG CNRJ à faire connaitre les pays ( régions ) et les peuples autochtones dans le monde. Pour connaitre notre travail général sur ces questions aller à : https://cnrj.org/que-faisons-nous/peuples-autochtones-indigenes/

 

Partager l'article :
A propos de Frédéric Thomas 10 Articles
Auteur et militant Lorrain - Expertise sur la question Lorraine

1 Comment

Laissez un commentaire